Musee exterieur - 001.jpg

Les Amis du Musée de Morlaix

On ne connait ni l’origine du nom Montroulez, même s’il existe un Morlas au Pays de Galles, ni l’origine de la ville. Sans doute un castrum romain, (Mons Relaxus) né au fond d’une ria, le long des voies romaines qui allaient de Corseul à Gesobrivate (Brest). Les documents les plus anciens ne remontent qu’aux actes des vicomtes de Léon au 12 è siècle dont dépendait alors la châtellenie de Morlaix-Lanmeur, avant de faire partie du domaine ducal - « non sans connaître de nombreuses vicissitudes » comme l’écrit Joachim Darsel dans son histoire de Morlaix.

De la ville au Musée

Bretagne 1 - noir - Morlaix.png
Vieux Morlaix - 002.jpg

C’est une des villes les plus importantes de Basse-Bretagne jusqu’au 18 è siècle, une ville d’orfèvres et de marchands qui font commerce notamment des crées, célèbres toiles de lin, réalisées dans toute la région et qui partent vers l’Espagne et le Portugal. Une fortune et une culture qui permettront la création de nombreux enclos paroissiaux dans les paroisses environnantes et la construction au 16è siècle des maisons à lanterne ou maisons à Pondalez uniques en leur genre. C’est aussi une ville du tabac depuis le 17 è siècle, activité qui prend de l’ampleur avec la construction d’une nouvelle manufacture sur les quais de 1736 à 1740, d’après les plans de Jean-François Blondel, membre de l’Académie royale d’architecture.

Preuve aussi de sa force économique, associée à la foi, l’installation de moines mendiants en 1238 sur des terres offertes par le duc de Bretagne Pierre Mauclair. Une construction décidée à la suite du passage à Morlaix en 1213 de Dominique Guzman, fondateur de l’ordre des Frères prêcheurs, dont les prédications avaient fait forte impression sur le duc et sa femme Alix alors présents ainsi que sur les bourgeois de la ville.

Et c’est l’église du couvent qui abritera le musée de Morlaix au 19 è siècle; une église typique de l’architecture des dominicains, vaste halle, sans transept, ornée de vitraux, qui partagée en deux par un plancher après la Révolution avait fini par servir de grenier à fourrage. Ce couvent a reçu d’illustres personnages, la reine Anne en 1516, la jeune Mary Stuart en 1548 et fut le siège de la réunion des Etats de Bretagne en 1772. Le frère dominicain, Albert Le Grand, né à Morlaix en 1599,  y a rédigé sa Vie des saints de la Bretagne Armorique.

Le Musée des Beaux-arts de Morlaix 

Logo Musee - 002.jpg
free-vector-yellow-post-it-notes-with-pu

Musée de Morlaix

Place des Jacobins, 29600 Morlaix

Tél . 02.98.88.07.75

https://musee.ville.morlaix.fr/

Il est ouvert au public depuis 1880. Installé au premier étage de l’église des Jacobins, il se définit dès sa création comme un lieu de culture artistique et scientifique et un nouveau moyen d’instruction républicaine. Il a d’abord abrité les collections de la Société d’étude du Finistère qui avait son siège à Morlaix : collections d’archéologie, dépôts de fouilles, collections entomologiques et minéralogiques, urnes cinéraires de l’âge du fer, provenant pour plusieurs de la propriété d’Edmond Puyo, le manoir de Bagatelle en Saint-Martin des Champs, la pièce majeure restant l’urne cinéraire de Saint-Pol de Léon.

Une nouvelle inauguration a lieu de 1887 à la suite du legs en faveur du musée du comte Ange de Guernisac (1801-1875), qui en plus de la construction d’un théâtre souhaitait aménager le musée et l’enrichir. La ville a disposé des fonds en 1885.  Aux nombreuses acquisitions de peintures principalement faites aux Salons de Nantes et de Rouen de 1886 et 1887, se sont ajoutées les trente oeuvres anciennes  des Ecoles italiennes, Hollandaises, Flamandes et françaises provenant  des collections du Comte de Tromelin en 1885, sans compter les dons et des dépôts de l’Etat. C’est Edmond Puyo, faïencier, ancien maire et président de la Chambre de commerce  et d’industrie de Morlaix, oncle du poète Tristan Corbière, qui en est le premier conservateur, chargé des acquisitions en étroite relation avec le directeur des Beaux-Arts. Les choix se portent principalement sur des scènes de genre, des sujets bretons et des paysages, d’Eugène Boudin, Richard Bonington, William Wild, à Henri Saintin, Emma Herland, Elodie La Villette ou Alfred Guillou.

« Le fort bel adolescent » connait un nouvel espoir en 1927 lors de l’inauguration de la donation de la Société des Amis de Gustave Geffroy (1885-1926). Cet écrivain, homme de gauche, grand critique d’art,  proche collaborateur de Georges Clémenceau, et ami de nombreux artistes restait très attaché à sa région d’origine et à sa mort, une Société d’amis, présidée par Armand Dayot, inspecteur général des Beaux-arts a imaginé  le musée de Morlaix, comme « futur musée d’art moderne de province […] qui permettra à Morlaix de devenir un centre d’attraction pour les innombrables visiteurs de Bretagne ». Sont entrées ainsi par dons, des œuvres de Monet, Bonnard, Raffaëlli, Laprade, Rodin ou encore Laugé…

Jusqu’ à la date du premier recrutement d’un conservateur en 1974, les responsables conservateurs du musée ont toujours été des personnalités locales du monde de l’art, des artistes ou des politiques, mis à part la période où il a été sous la responsabilité du conservateur du musée des beaux-arts de Brest, à partir des années 60. Pendant ces années, des œuvres sont entrées régulièrement dans les collections, particulièrement des objets ethnographiques et du mobilier bretons,  grâce notamment à monsieur Jolu, le gardien du musée. De très belles expositions furent organisées par Maître Le Brun, élu aux affaires culturelles,  sur l’Art sacré en Bretagne ou Paul Sérusier (en 1956).

Des travaux ont été réalisés en 1985 dans l’aile ouest du couvent (salle d’exposition temporaire, service éducatif, bibliothèque documentation, cabinet de dessin…) dans l’attente d’un profond réaménagement et d’un agrandissement du musée. Ces nouveaux aménagements ont cependant permis d’approfondir l’étude des collections, de développer le service des publics et la médiation. Ils ont permis aussi une politique ambitieuse d’expositions temporaires avec par exemple Pierre Restany « Le cœur et la raison », Raoul Dufy, Camille Claudel, Emile Souvestre, Jean Puy, Jean Bazaine, Valloton et bien d’autres documentées sur le site du musée.

 Si l’église est  fermée au public depuis 2003, on a pu voir ses collections dans des expositions temporaires au musée ou ailleurs, lors de prêts multiples ou encore dans la maison à Pondalez de la Grand-rue. Les collections sont inventoriées, étudiées, enrichies et restaurées. Le musée est fermé au public depuis 2017 et l’on attend avec impatience la fin des travaux de grande ampleur commencés en 2019. Ils concernent la restauration des bâtiments et le réaménagement sur un nouveau programme muséographique de ce prochain musée étendu à tout l’espace conventuel.

depositphotos_10577385-stock-photo-yello

Les Amis du Musée des Beaux-arts de Morlaix

BP 87459  29674 Morlaix cedex

Mail:amisdumuseedemorlaix@gmail.com

Site: http://musee.ville.morlaix.fr/activites/les-amis-du-musee-de-morlaix/

Les Amis du Musée de Morlaix 

L’Association des Amis du Musée de Morlaix a été fondée le 10 décembre 1974 et enregistrée à la sous-préfecture le 22 janvier 1975. En 1974, la municipalité recrute un conservateur ce qui suscite la création d’une association d’usagers du musée qui participera financièrement à l’acquisition d’œuvres d’art, à la restauration des œuvres de la collection ainsi qu’à leur encadrement.

Parmi les membres fondateurs Marthe LE CLECH , première présidente de l’association, écrivain de l’histoire  de Morlaix et André CARIOU, conservateur du Musée de Morlaix. Sept présidents se sont succédé durant plus de 40 ans avec toujours le même souci de développer le rayonnement du Musée de Morlaix. 

Son objectif est de promouvoir l’audience du Musée de Morlaix (actuellement en chantier) dans tous les milieux et de diffuser la culture parmi ses adhérents.

L’Association compte environ 180 membres et est présidée par Alain MEUDIC. Françoise TERRET-DANIEL (ancienne conservatrice du musée de Morlaix puis de Brest) en est la vice-présidente.

Elle est affiliée à la Fédération Française des Sociétés d’Amis de Musées (FFSAM) et au Groupement des Associations d’Amis de Musées de Bretagne (GAAMB)    

Activités

  • L’offre artistique et culturelle est large :

  • Conférences en relation avec les collections du Musée de Morlaix

  • Colloque : « Place d’un Musée dans son territoire »

  • Visites « d’ateliers d’artistes » peintres ou sculpteurs

  • Balades pédestres commentées

  • Exposition d’artistes Amis de notre Association

  • Visites de musées de Bretagne (Quimper, Pont-Aven, Rennes, Brest, FHEL)

  • Courts séjours de 2 ou 3 jours pour découvrir des expositions parisiennes ou les sites culturels de villes : Lyon, Bruxelles, Nantes, Dijon, Tours …

  • Voyages de 5 ou 6 jours à l’étranger : NY, Andalousie, Prague, Lisbonne, la Grèce.  

Mécénat

  • En 2021 les Amis du Musée de Morlaix ont financé quatre petits films (Histoires d’œuvres) tirés des collections du musée des Jacobins à visée pédagogique et destinés à une large diffusion (internet, collèges, lycées).

  • L’association a soutenu la restauration du tableau de Pierre II Besnard « le miracle de l’enfant qui parle »

  • Elle a fait l’acquisition pour le Musée d’une aquarelle gouachée de Jean-Julien Lemordant « danseuse bretonne » remise en 2017      

L’Association demeure très attentive au suivi du chantier en cours de la réhabilitation du Musée des Jacobins        

Pour plus d'informations, vous pouvez directement joindre l'association :

E-mail : amisdumuseedemorlaix@gmail.com    

Site: http://musee.ville.morlaix.fr/activites/les-amis-du-musee-de-morlaix/